Logo Commune de Clairvaux-les-Lacs
Accueil
Agenda
Mobigo

 

Blason


De gueule
à la clef en pal, dorée
au chef d'azur
à trois étoiles d'argent

La Méridienne

Si vous ne l’avez encore pas vue, courez-y vite ! Son esthétique m’a tantôt séduite. Elle se trouve à l’intérieur de la cour de la Mairie sur la façade droite par rapport à l’entrée principale, remarquablement restaurée (enduit à la chaux aérienne et peinture aux pigments) et mise en valeur par les soins d’Yves GUYOT de THIERS, spécialiste des cadrans solaires (site internet : www.cadrans-solaires-yves-guyot.com si vous voulez en apprendre davantage). Son inscription latine « Carpe Diem » soit littéralement parlant « prends (cueille) le jour !» nous invite à profiter de l’instant présent : belle incitation…

Que fait-elle là ? Quelle était son utilité ?

Elle date du XVIIIème/XIXème siècle ; sa présence sur les monuments communaux est assez rare ; en Franche-Comté elles se comptent sur les doigts de la main…

En fait elle avait vocation à l’époque de donner l’heure de référence à l’ensemble d’une communauté urbaine laborieuse, commerçante, accueillant les courriers des services de la Poste et les voyageurs. Une circulaire préfectorale datant de 1839 invite les communes qui abritent ce genre « d’ horloge » à les faire régler pour homogénéiser l’heure solaire des villes et villages traversés par les courriers postaux.

L’heure de référence choisie pour sa commodité et son universalité fut celle de midi d’où son nom de méridienne chargée de donner le midi solaire facile à déterminer et offrant le moins d’erreur possible (précision de l’ordre de + ou – 15 secondes).

Comment lire l’heure sur la méridienne ?

Pour mieux comprendre, observons-là de près…

Elle est d’une grande dimension et la précision de la mesure est accrue par le disque métallique percé solidement ancré et maintenu par trois pieds ; lorsque les rayons du soleil qui traversent le disque percé se projettent en un point lumineux sur la verticale notée « M », c’est midi solaire à CLAIRVAUX avec l’écart lisible de + ou – 30 minutes.

La courbe du haut représente le solstice d’hiver (Capricorne) la droite du milieu les équinoxes (Bélier et Balance). Le solstice d’été (Cancer) ne peut être représenté (la courbe tombe hors de la méridienne sur les pierres de la base).

Une circulaire préfectorale datant de 1839 invite les communes qui abritent ce genre « d’ horloge » à les faire régler pour homogénéiser l’heure solaire des villes et villages traversés par les courriers postaux.

Souhaitons-lui grande vocation pédagogique et touristique ; ce cadran sera répertorié et classé à la C.N.C.S.P. (Commission Nationale des Cadrans Solaires)

Le plongeoir

Du brut, du costaud, de la Deutsche Qualität.

Cette mini-cathédrale de fer, véritable lieu de culte des plongeurs émérites, n'a eu besoin ni d'architecte ni de Gustave Eiffel pour sa construction, nenni, ma foi. Un simple groupe d'une dizaine de prisonniers allemands au sortir de la guerre suffira pour réaliser la jetée en béton. Du brut, du costaud, de la Deutsche Qualität. La conception et la réalisation, à but pédagogique - en témoignent les courriers entre le Maire de l'époque et l'Inspecteur Départemental de l'Éducation Physique et des Sports - ont été confiées à une entreprise locale. L'ouvrage était solide, preuve en est qu'il n'aura fallu le consolider et le remettre aux normes qu'en 1997, soit 52 ans après sa construction.

En attendant, cet enchevêtrement de traverses, de tés et de us, confère à l'ouvrage une homogénéité esthétique non dénuée d'intérêt. Avec son air qui penche du côté où il va tomber, il semble défier les lois de la gravitation, attitude émulatoire des envolées célestes et autres sauts de l'ange dont il est quotidiennement le théâtre.

Mais ne vous y trompez pas, de jambes de force en contreventements, la solidité de l'édifice est à l'épreuve des ados, parfaitement organisés pour l'occasion. Les habitants de cette mini-fourmilière se parlent, s'écoutent d'un étage à l'autre pour que tout se passe pour le mieux et, reconnaissons-le, les incidents sont rarissimes.

Pour finir, il ne restait à notre monument communal qu'à faire l'objet d'une mise sur un piédestal autre que la jetée en béton sur laquelle il officie. C'est chose faite, puisqu'il a été le sujet d'une bien belle exposition, présentée au Bouillon d'Art, de la photographe Cloé Martelet et dont un exemplaire est visible à l'accueil de la Mairie.

Le plongeoir n'étant plus aux normes et ne présentant plus les normes sécuritaires a été démonté le 29 Juin 2022